Imprimer

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)

Résumé descriptif de la certification Code RNCP : 1932

Intitulé

BP : Brevet professionnel option Responsable d’exploitation aquacole maritime-continentale

Autorité responsable de la certification Qualité du(es) signataire(s) de la certification
Ministère chargé de l'agriculture
Modalités d'élaboration de références :
Commission professionnelle consultative du ministère chargé de l'agriculture
Directeur régional de l’agriculture et de la forêt, Directeur régional de l'agriculture et de la forêt

Niveau et/ou domaine d'activité

IV (Nomenclature de 1967)

4 (Nomenclature Europe)

Convention(s) : 

Code(s) NSF : 

212 Productions animales, élevage spécialisé, aquaculture, soins aux animaux (y.c. vétérinaire)

Formacode(s) : 

Résumé du référentiel d'emploi ou éléments de compétence acquis

* Activités visées :
1. Le salarié ou responsable d’exploitation aquacole conçoit la création, la reprise et le développement de l’exploitation :    
– Il situe la création, la reprise et le développement de l’exploitation par rapport aux courants internationaux et aux évolutions qu’ils provoquent ;    
– Il analyse les relations entre l’exploitation et les différents éléments de l’environnement ;    
– Il évalue les potentialités de l’exploitation ;    
– Il raisonne son projet d’exploitation et ses évolutions, notamment en phase d’installation ou de modernisation, en fonction de ses objectifs et des potentialités de l’exploitation.    

2 Le salarié ou responsable d’exploitation aquacole prend les décisions nécessaires au fonctionnement de l’exploitation :    
– Il organise et dirige le fonctionnement de l’exploitation ;    
– Il fait le bilan de ses activités et en rend compte dans le cas d’un salarié ;    
– Il établit, analyse et utilise les résultats technico-économiques et financiers de l’exploitation, pour réguler son fonctionnement.    

3. Le salarié ou responsable d’exploitation aquacole met en œuvre les différentes activités de production, transformation, commercialisation de produits et services de l’exploitation ou liés à l’exploitation :    
– Il conduit un (ou des) atelier(s) de production : conchyliculture, pisciculture marine, élevage de crustacés, salmoniculture, pisciculture d’étang ou de bassin ;    
– Il vend sa production et peut exercer une ou (des) activité(s) créatrice(s) de valeur ajoutée sur son exploitation par vente des produits qu’il transforme et/ou de services liés à son environnement naturel et socio-économique.    

4. Le salarié ou le responsable d’exploitation aquacole gère les aspects sociaux et humains qui sont liés à l’exercice de son métier.    
/

Secteurs d'activité ou types d'emplois accessibles par le détenteur de ce diplôme, ce titre ou ce certificat

* Secteur d'activité : Les activités professionnelles visées par ce référentiel concernent tout type de production en milieu aquatique (conchyliculture, pisciculture marine, salmoniculture, pisciculture d’étang, élevage de crustacés…) et les activités qui y sont liées (transformation, commercialisation…). Les différents produits de l’aquaculture alimentent majoritairement le marché de la consommation, mais concernent également le repeuplement et la pêche de loisir.    
Ces activités professionnelles concernent :    
– la production ;    
– la transformation (abattage, éviscérage, filetage, fumage…) ;    
– la commercialisation des produits et services associés.    
Elles sont caractérisées par :    
– le travail en milieu aquatique ;    
– la nécessaire connaissance des poissons, des coquillages ou des autres espèces produites, et du milieu dans lequel ces espèces vivent ;    
– des contraintes réglementaires importantes : loi ' Eau ', loi ' Pêche ', loi ' Littoral ', installations classées, mesures agri-environnementales, agrément sanitaire, prédation du cormoran et autres prédateurs.    
Ces activités doivent prendre en compte les effets de l’environnement biophysique, socioéconomique, culturel et politique à différents niveaux de proximité : local, régional, national, européen et mondial. Elles jouent un rôle dans l’aménagement du territoire et dans la gestion des ressources naturelles (en particulier l’eau).    
* Types d'emplois accessibles : Les titulaires de ce diplôme pourront occuper, éventuellement après expérience, des postes de salariés, responsables techniques d’unités de production ou adjoints de chefs d’exploitation, ou être responsables d’une exploitation de petite taille.    
Selon les UC obtenues, les titulaires du diplôme sont plus particuliérement compétents en conchyliculture, pisciculture marine, élevage de crustacés, salmoniculture, pisciculture d’étang ou de bassin.    

Codes des fiches ROME les plus proches : 

Modalités d'accès à cette certification

Descriptif des composantes de la certification : 

Les UC (unités capitalisables) sont des unités d'évaluation capitalisables, indépentantes les unes des autres et pouvant être obtenues dans n'importe quel ordre. Le diplôme du brevet professionnel est délivré dès lors que les 12 UC qui le constituent sont obtenues : – 9 UC nationales de qualification (UCNQ) dont 2 UC du domaine technologique et professionnel (D1), 1 UC du domaine mathématiques (D2), 1 UC du domaine sciences (D3), 2 UC du domaine expression et communication (D4) et 3 UC du domaine économique et professionnel (D5) ;    
– 3 UC d’adaptation régionale ou à l’emploi (UCARE) choisies en fonction des conditions locales et du projet professionnel (système de production concerné notamment) des candidats ; 1 UCARE au moins – UCARE 10 – doit relever du domaine technologique et professionnel (D1) et les autres peuvent relever de tous les domaines prévus pour le BP : les 5 domaines cités précédemment, le domaine langues (D6), le domaine hygiène, sécurité et éducation physique et sportive (D7).    
NB : des UC sont communes à plusieurs options du BP ; il existe également une modalité d’évaluation en épreuves terminales qui n’a jamais été mise en œuvre.    

* Objectifs terminaux d’intégration (OTI) des 9 UCNQ :    
UC 1 : être capable de mobiliser les connaissances scientifiques et techniques nécessaires à la production aquacole    
UC 2 : être capable d’assurer la conduite d’un système de production aquacole dans le respect de l’environnement et des règles d’hygiène et de sécurité    
UC 3 : être capable d’utiliser les outils mathématiques dans les situations complexes de la vie professionnelle et sociale    
UC 4 : être capable de rappeler les mécanismes scientifiques qui permettent de comprendre les relations au vivant dans le secteur professionnel    
UC 5 : être capable de communiquer dans les situations complexes de la vie sociale et professionnelle    
UC 6 : être capable d’utiliser les technologies de traitement de l’information et de la communication dans les situations de la vie professionnelle et sociale    
UC 7 : être capable de présenter les caractéristiques de l’environnement social, économique et politique du secteur aquacole    
UC 8 : être capable d’assurer la gestion d’une exploitation    
UC 9 : être capable d’élaborer une stratégie pour l’exploitation    
NB : l’UC 2, l’UCARE 10 et, le cas échéant, les deux autres UCARE concernent la conchyliculture ou la pisciculture marine ou l’élevage de crustacés ou la salmoniculture ou la pisciculture d’étang ou de bassin ; les objectifs terminaux d’intégration (OTI) des UCARE peuvent être obtenus auprès des services régionaux de la formation et du développement des DRAF ou des centres habilités pour la délivrance du BP selon la modalité des UC.    

Validité des composantes acquises :  5 an(s)

Conditions d'inscription à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d'élève ou d'étudiant X
En contrat d'apprentissage X
Le jury, présidé par un fonctionnaire de catégorie A du ministère de l'agriculture, est composé paritairement : – de membres de l'enseignement et de la formation professionnelle agricoles dont au moins la moitié de membres l'enseignement et de la formation professionnelle agricoles publics ;    
– de professionnels du secteur d'activité concerné par l'option du brevet professionnel, à parité employeurs ou responsables d'exploitation et salariés.    
Après un parcours de formation continue X
Idem.
En contrat de professionnalisation X
Idem.
Par candidature individuelle X
Par expérience dispositif VAE prévu en 2003 X
Idem.
Oui Non
Accessible en Nouvelle Calédonie X
Accessible en Polynésie Française X
Liens avec d'autres certifications Accords européens ou internationaux

Base légale

Référence du décret général : 

Décret n° 90-305 du 3 avril 1990 modifié portant règlement général du brevet professionnel délivré par le ministère de l'agriculture et de la forêt (JO du 6 avril 1990) et articles 2 à 9 du décret n° 2003-1160 du 4 décembre 2003 modifiant la partie réglementaire du livre VIII du code rural et relatif aux diplômes technologiques et professionnels délivrés par le ministre chargé de l'agriculture (JO du 6 décembre 2003)

Référence arrêté création (ou date 1er arrêté enregistrement) : 

Arrêté du 11 juillet 2000 portant création et fixant les modalités de délivrance du brevet professionnel option Responsable d’exploitation aquacole maritime-continentale (JO du 22 août 2000)

Référence du décret et/ou arrêté VAE : 

Décret n° 2003-1160 du 4 décembre 2003 modifiant la partie réglementaire du livre VIII du code rural et relatif aux diplômes technologiques et professionnels délivrés par le ministre chargé de l'agriculture (JO du 6 décembre 2003)

Références autres : 

Pour plus d'informations

Statistiques : 

Autres sources d'information : 

Site Internet de la communauté éducative de l'enseignement agricole public français : educagri.fr

Lieu(x) de certification : 

Lieu(x) de préparation à la certification déclarés par l'organisme certificateur : 

Historique de la certification :