Imprimer

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)

Résumé descriptif de la certification Code RNCP : 2469

Intitulé

TP : Titre professionnel Technicien(ne) supérieur(e) de maintenance industrielle

Autorité responsable de la certification Qualité du(es) signataire(s) de la certification
Ministère chargé de l'Emploi
Modalités d'élaboration de références :
CPC Industrie
DIRECCTE - Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi

Niveau et/ou domaine d'activité

III (Nomenclature de 1969)

5 (Nomenclature Europe)

Convention(s) : 

Code(s) NSF : 

201r Technologie de commandes des transformations industrielles (contrôle, prévention, entretien)

Formacode(s) : 

Résumé du référentiel d'emploi ou éléments de compétence acquis

L'activité du technicien supérieur de maintenance industrielle est repérée sur trois axes principaux, reflets des organisations et de la structure de l'emploi à ce niveau de qualification :
1. Un ensemble de tâches de type « interventions techniques », en contexte d'exploitation : elles consistent à effectuer, en autonomie, toutes les actions de maintenance préventives visant à prévenir l'apparition d'une défaillance et toutes les actions de maintenance corrective pour rétablir le fonctionnement initial. Le technicien supérieur intègre toutes mesures de prévention des risques ainsi que la mise en œuvre de la responsabilité sociétale de l'entreprise sur l'ensemble des composantes environnementale, économique et sociétale, pour ses propres interventions ou pour celles des entreprises extérieures.

2. La mise en œuvre d'outils et de méthodologies en exploitant des indicateurs (historiques de défaillance, coûts, etc.) pour organiser et cibler les actions de maintenance préventives et faciliter l'activité managériale, dans le respect de la stratégie engagée.

3. La recherche de gains de productivité par les actions amélioratives afin d'augmenter la disponibilité, la fiabilité ou la maintenabilité des biens. La vision critique et constructive du technicien supérieur ainsi que sa capacité de jugement ont ici toute leur place et fournissent à la hiérarchie un éclairage attendu sur les pistes d'amélioration.
Le technicien supérieur étant positionné sur une partie ou sur la totalité de ces activités en fonction de la taille de la structure, il évolue alternativement au plus près des équipements pour les interventions pratiques sur des technologies multiples (mécanique, électrotechnique, pneumatique, hydraulique, automatisme, instrumentation-régulation), en atelier de maintenance pour la remise en état de sous-ensembles, en bureau pour la gestion et la préparation, voire en bureau d'étude pour la conception de modifications techniques.

Dans tous les cas, l'interaction avec l'ensemble des services est forte, notamment avec le service production, qui impose souvent ses contraintes de planification (par les astreintes par exemple) ou ses engagements sur le respect des délais et de la qualité. Le technicien supérieur de maintenance industrielle doit être capable de gérer des situations tendues, dans des environnements parfois difficiles : bruit, chaleur, risques potentiels sur les installations.

La maintenance peut être centralisée, réalisée par des équipes détachées dans les unités de production ou bien encore par le personnel de production pour les deux premiers niveaux d'intervention (niv. I et II, norme AFNOR). Quant à la sous-traitance, elle est sollicitée pour une part stable d'environ 30 % de l'activité, en moyenne.

 

1. Réaliser en sécurité la maintenance corrective et préventive  d'installations industrielles, en contexte d'exploitation


Analyser une demande de maintenance préventive ou corrective et préparer l'intervention, en concertation avec l'exploitant et en intégrant la sécurité des personnes et des biens.
Mettre en œuvre, en sécurité, les actions préventives d'installations industrielles.
Diagnostiquer et expertiser une défaillance sur une installation industrielle, y compris en exploitant de la documentation en anglais.
Mettre en œuvre, en sécurité, les actions correctives et effectuer la mise en exploitation d'installations industrielles.
Rendre compte et garantir la traçabilité et la capitalisation des interventions de maintenance sur un progiciel de gestion de maintenance assistée par ordinateur.


2. Assurer l'organisation et la gestion de maintenance  d'installations industrielles


Etablir un plan de maintenance préventive d'installations industrielles.
Suivre et ajuster les coûts de la maintenance industrielle.
Assurer le suivi de la maintenance industrielle sous-traitée et externalisée.
Décliner la responsabilité sociétale de l'entreprise dans les activités de maintenance industrielle.
Renseigner et exploiter un progiciel de gestion de maintenance assistée par ordinateur.
Planifier les interventions et animer une équipe de maintenance industrielle en respectant le cadre réglementaire.


3. Etudier et réaliser les améliorations  d'une installation industrielle


Définir le potentiel d'amélioration d'une installation industrielle.
Améliorer un plan de maintenance préventive d'une installation industrielle.
Etudier une amélioration technique sur des équipements industriels.
Réaliser et mettre en service une amélioration technique sur des équipements industriels.
Evaluer le projet d'amélioration d'une installation industrielle.


Certificat complémentaire de spécialisation (CCS)
1. Etudier la réalisation et assurer la maintenance  de l'instrumentation, régulation de procédés industriels continus


Etudier l'instrumentation - régulation d'un procédé industriel continu dans le cadre d'une nouvelle installation ou de la modification d'une installation existante.
Mettre en service les équipements d'instrumentation d'un procédé industriel continu dans le cadre d'une nouvelle installation ou de la maintenance préventive ou corrective d'une installation existante.
Mettre en service les équipements de régulation d'un procédé industriel continu dans le cadre d'une nouvelle installation ou de la maintenance préventive ou corrective d'une installation existante.

 

Secteurs d'activité ou types d'emplois accessibles par le détenteur de ce diplôme, ce titre ou ce certificat

Entreprises de fabrication de biens dans les secteurs métallurgie, sidérurgie, agroalimentaire, pharmaceutique, plasturgie, automobile, chimie, constructeurs d'équipements électriques et électroniques, constructeurs de machines spéciales et d'équipements industriels, etc.
Et dans une certaine mesure, l'industrie du caoutchouc et des plastiques, l'industrie du papier et du carton, l'industrie du textile et de l'habillement.
Entreprises de production d'énergie (nucléaire, éolien, etc.), de transport de personnes (aérien, rail, câble, construction navale, etc.).
Entreprises de service (santé, hôpitaux, loisirs, etc.).

Technicien (ne) de maintenance industrielle -  Technicien (ne) de maintenance d'équipements de production-fabrication- exploitation -  électrotechnicien -électromécanicien - mécanicien-automaticien de maintenance  - Responsable de maintenance industrielle chef d'équipe en maintenance industrielle - Technicien (ne) méthodes maintenance.

Codes des fiches ROME les plus proches : 

  • I1304 : Installation et maintenance d'équipements industriels et d'exploitation

Réglementation d'activités : 

Néant.

Modalités d'accès à cette certification

Descriptif des composantes de la certification : 

Le titre professionnel est composé de trois certificats de compétences professionnelles (CCP) qui correspondent aux activités précédemment énumérées.
Le titre professionnel peut être complété par l' unité de spécialisation correspondante au certificat complémentaire de spécialisation (CCS) précédemment mentionné.


Le titre professionnel est accessible par capitalisation de certificats de compétences professionnelles (CCP) ou suite à un parcours de formation et conformément aux dispositions prévues dans l'arrêté du 9 mars 2006 relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi.

Bloc de compétence : 

Intitulé Descriptif et modalités d'évaluation
Bloc de compétence n°1 de la fiche n° 2469 - Assurer l'organisation et la gestion de maintenance d'installations industrielles

Analyser une demande de maintenance préventive ou corrective et préparer l'intervention, en concertation avec l'exploitant et en intégrant la sécurité des personnes et des biens.
Mettre en œuvre, en sécurité, les actions préventives d'installations industrielles.
Diagnostiquer et expertiser une défaillance sur une installation industrielle, y compris en exploitant de la documentation en anglais.
Mettre en œuvre, en sécurité, les actions correctives et effectuer la mise en exploitation d'installations industrielles.
Rendre compte et garantir la traçabilité et la capitalisation des interventions de maintenance sur un progiciel de gestion de maintenance assistée par ordinateur.

Bloc de compétence n°2 de la fiche n° 2469 - Assurer l'organisation et la gestion de maintenance d'installations industrielles

Etablir un plan de maintenance préventive d'installations industrielles.
Suivre et ajuster les coûts de la maintenance industrielle.
Assurer le suivi de la maintenance industrielle sous-traitée et externalisée.
Décliner la responsabilité sociétale de l'entreprise dans les activités de maintenance industrielle.
Renseigner et exploiter un progiciel de gestion de maintenance assistée par ordinateur.
Planifier les interventions et animer une équipe de maintenance industrielle en respectant le cadre réglementaire.

Bloc de compétence n°3 de la fiche n° 2469 - Etudier et réaliser les améliorations d'une installation industrielle

Définir le potentiel d'amélioration d'une installation industrielle.
Améliorer un plan de maintenance préventive d'une installation industrielle.
Etudier une amélioration technique sur des équipements industriels.
Réaliser et mettre en service une amélioration technique sur des équipements industriels.
Evaluer le projet d'amélioration d'une installation industrielle.

Validité des composantes acquises :  5 an(s)

Conditions d'inscription à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d'élève ou d'étudiant X
En contrat d'apprentissage X

Le jury du titre est désigné les Unités territoriales (UT) des DIRECCTE - Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi. Il est composé de professionnels du secteur d'activité concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education).

Après un parcours de formation continue X

Le jury du titre est désigné les Unités territoriales (UT) des DIRECCTE - Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi. Il est composé de professionnels du secteur d'activité concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education).

En contrat de professionnalisation X

Le jury du titre est désigné les Unités territoriales (UT) des DIRECCTE - Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi. Il est composé de professionnels du secteur d'activité concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education).

Par candidature individuelle X
Par expérience dispositif VAE prévu en 2002 X

Le jury du titre est désigné les Unités territoriales (UT) des DIRECCTE - Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi. Il est composé de professionnels du secteur d'activité concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education).

Oui Non
Accessible en Nouvelle Calédonie X
Accessible en Polynésie Française X
Liens avec d'autres certifications Accords européens ou internationaux

Base légale

Référence du décret général : 

Code de l'éducation, notamment les articles L. 335-5, L. 335-6 et R. 335-13, R. 338-1 et R. 338-2.

Référence arrêté création (ou date 1er arrêté enregistrement) : 

Arrêté du 15/02/2005 paru au JO du 13/04/2005

Arrêté du 10/04/2007 paru au JO du 28/04/2007

 
Arrêté du 10/04/2007 paru au JO du 11/05/2007

Arrêté du 31/01/2012 paru au JO du 15/02/2012

Référence du décret et/ou arrêté VAE : 

Arrêté du 9 mars 2006 modifié relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel du ministre chargé de l'emploi ;
Arrêté du 8 décembre 2008 modifié relatif au règlement général des sessions de validation conduisant au titre professionnel du ministère chargé de l'emploi.

Références autres : 

Pour plus d'informations

Statistiques : 

Autres sources d'information : 

Lieu(x) de certification : 

Centres AFPA et centres agréés par le Ministère chargé de l'emploi

Lieu(x) de préparation à la certification déclarés par l'organisme certificateur : 

Historique de la certification :