Imprimer

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)

Résumé descriptif de la certification Code RNCP : 31115

Intitulé

TP : Titre professionnel Technicien supérieur systèmes et réseaux

Autorité responsable de la certification Qualité du(es) signataire(s) de la certification
Ministère du Travail - Délégation Générale à l'Emploi et à la Formation Professionnelle (DGEFP)
Modalités d'élaboration de références :

CCP gestion et traitement de l'information

Le représentant territorial compétent du ministère chargé de l’emploi

Niveau et/ou domaine d'activité

III (Nomenclature de 1969)

5 (Nomenclature Europe)

Convention(s) : 

Code(s) NSF : 

326 Informatique, traitement de l'information, réseaux de transmission

Formacode(s) : 

Résumé du référentiel d'emploi ou éléments de compétence acquis

Le technicien supérieur systèmes et réseaux participe à la mise en service et au maintien en condition opérationnelle de l'infrastructure informatique. Il intervient sur les systèmes et les réseaux, sur les éléments matériels et logiciels qui composent l'infrastructure, afin d'offrir aux utilisateurs et aux clients le niveau de service attendu par l'entreprise.
Le technicien supérieur systèmes et réseaux assiste les utilisateurs dans l'utilisation de leur équipement numérique.
Il contribue au développement des compétences des utilisateurs en expliquant les règles de sécurité et de bon usage des logiciels et des outils collaboratifs en ligne et apporte l'aide nécessaire à leur synchronisation.
Quotidiennement il vérifie que les sauvegardes de tous les éléments de l'infrastructure (serveurs et équipements actifs du réseau) ont été réalisées, il surveille tous les équipements systèmes et réseaux et les journaux de sécurité et réagit lorsqu'il reçoit des alertes.
A tout moment, il peut être sollicité par le centre de services pour diagnostiquer et résoudre les dysfonctionnements relevant du système, du réseau ou de la téléphonie sur IP. Il rétablit l'accès aux ressources partagées et aux applications.
Il maintient et exploite le domaine ActiveDirectory et les ressources partagées.
A la demande de son responsable, il crée, supprime ou modifie les moyens d'interconnexion des sites distants de l'entreprise.
Il utilise les outils d'administration des différents environnements des services hébergés à l'externe et consulte les contrats pour rétablir ou améliorer le fonctionnement du service.
Il maîtrise les langages de script afin de pouvoir automatiser de nouvelles tâches et faire évoluer les scripts existants.
Le technicien supérieur systèmes et réseaux assure une veille technologique et réglementaire afin de maintenir ses compétences à jour et de tester les nouvelles technologies.
Son degré de polyvalence dépend de la taille de l'entreprise et de la complexité de l'infrastructure sur laquelle il intervient.
Lorsqu'il travaille chez un fournisseur de services cloud, un éditeur de logiciels ou un fournisseur d'hébergement de sites web, il assure l'exploitation quotidienne des serveurs, la mise en service de nouveaux serveurs, la mise en production des applications et des mises à jour de celles-ci.
Afin d'être opérationnel dans l'emploi, et par rapport au Cadre européen commun de référence pour les langues, le minimum requis est le niveau B1 en compréhension de l'écrit et en expression écrite et A2 en compréhension de l'oral et expression orale.
Le technicien supérieur systèmes et réseaux est en contact avec le responsable technique, l'utilisateur à l'origine de la demande, les experts techniques et les fournisseurs des produits et services.
Le technicien supérieur systèmes et réseaux travaille dans une entreprise de services du numérique (ESN) ou au sein de la direction des systèmes d'information (DSI) d'une entreprise, d'une administration ou d'une collectivité territoriale.
Il travaille en équipe sous la responsabilité du responsable technique ou du directeur des systèmes d'information de son entreprise.
Dans le cas où il s'agit d'une ESN, cette activité peut nécessiter des déplacements chez les clients.
Des astreintes, le travail en horaires décalés ou les jours non ouvrés sont possibles.

1. Assister les utilisateurs en centre de services :
Mettre en service un équipement numérique.
Assister les utilisateurs sur leurs équipements numériques.
Gérer les incidents et les problèmes.
Assister à l'utilisation des ressources collaboratives.
2. Maintenir, exploiter et sécuriser une infrastructure centralisée :
Maintenir et exploiter le réseau local et la téléphonie.
Sécuriser les accès à internet.
Maintenir et exploiter un environnement virtualisé.
Maintenir et exploiter un domaine ActiveDirectory et les serveurs Windows.
Maintenir et exploiter un serveur Linux.
3. Maintenir et exploiter une infrastructure distribuée et contribuer à sa sécurisation :
Configurer les services de déploiement et de terminaux clients légers.
Automatiser les tâches à l'aide de scripts.
Maintenir et sécuriser les accès réseaux distants.
Superviser l'infrastructure.
Intervenir dans un environnement de Cloud Computing.
Assurer sa veille technologique.

Certificats complémentaires de spécialisation (CCS) :

4. Administrer les serveurs Linux :
Installer, paramétrer un service sous Linux.
S'appuyer sur les communautés d'utilisateurs.
Mettre une application en production.
Développer des scripts d'automatisation.
Superviser les serveurs Linux.

Secteurs d'activité ou types d'emplois accessibles par le détenteur de ce diplôme, ce titre ou ce certificat

- entreprise de services du numérique (ESN),
- collectivités territoriales,
- PME,
- DSI des grandes entreprises,
- hôpitaux.

- technicien systèmes et réseaux,
- technicien support,
- technicien réseau,
- technicien informatique,
- technicien d'exploitation,
- administrateur Linux.

Codes des fiches ROME les plus proches : 

  • M1810 : Production et exploitation de systèmes d'information
  • M1801 : Administration de systèmes d'information
  • I1401 : Maintenance informatique et bureautique

Réglementation d'activités : 

Néant

Modalités d'accès à cette certification

Descriptif des composantes de la certification : 

Le titre professionnel est composé de trois blocs de compétences dénommés certificats de compétences professionnelles (CCP) qui correspondent aux activités précédemment énumérées.

Le titre professionnel peut être complété par un ou plusieurs blocs de compétences sanctionnés par des certificats complémentaires de spécialisation (CCS) précédemment mentionnés.

Le titre professionnel est accessible par capitalisation de certificats de compétences professionnelles (CCP) ou suite à un parcours de formation et conformément aux dispositions prévues dans l’arrêté du 22 décembre 2015 modifié, relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi.

Bloc de compétence : 

Intitulé Descriptif et modalités d'évaluation
Bloc de compétence n°1 de la fiche n° 31115 - Assister les utilisateurs en centre de services :

Mettre en service un équipement numérique.
Assister les utilisateurs sur leurs équipements numériques.
Gérer les incidents et les problèmes.
Assister à l'utilisation des ressources collaboratives.



Les compétences des candidats (VAE ou issus de la formation) sont évaluées par un jury au vu :



a)  D’une mise en situation professionnelle ou d’une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, éventuellement complétée par d’autres modalités d’évaluation : entretien technique, questionnaire professionnel, questionnement à partir de production(s).



b)  D’un dossier faisant état des pratiques professionnelles du candidat.



c)  Des résultats des évaluations passées en cours de formation pour les candidats issus d’un parcours de formation.


Bloc de compétence n°2 de la fiche n° 31115 - Maintenir, exploiter et sécuriser une infrastructure centralisée :

Maintenir et exploiter le réseau local et la téléphonie.
Sécuriser les accès à internet.
Maintenir et exploiter un environnement virtualisé.
Maintenir et exploiter un domaine ActiveDirectory et les serveurs Windows.
Maintenir et exploiter un serveur Linux.



Les compétences des candidats (VAE ou issus de la formation) sont évaluées par un jury au vu :



a)  D’une mise en situation professionnelle ou d’une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, éventuellement complétée par d’autres modalités d’évaluation : entretien technique, questionnaire professionnel, questionnement à partir de production(s).



b)  D’un dossier faisant état des pratiques professionnelles du candidat.



c)  Des résultats des évaluations passées en cours de formation pour les candidats issus d’un parcours de formation.


Bloc de compétence n°3 de la fiche n° 31115 - Maintenir et exploiter une infrastructure distribuée et contribuer à sa sécurisation :

Configurer les services de déploiement et de terminaux clients légers.
Automatiser les tâches à l'aide de scripts.
Maintenir et sécuriser les accès réseaux distants.
Superviser l'infrastructure.
Intervenir dans un environnement de Cloud Computing.
Assurer sa veille technologique.



Les compétences des candidats (VAE ou issus de la formation) sont évaluées par un jury au vu :



a)  D’une mise en situation professionnelle ou d’une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, éventuellement complétée par d’autres modalités d’évaluation : entretien technique, questionnaire professionnel, questionnement à partir de production(s).



b)  D’un dossier faisant état des pratiques professionnelles du candidat.



c)  Des résultats des évaluations passées en cours de formation pour les candidats issus d’un parcours de formation.


Bloc de compétence n°4 de la fiche n° 31115 - Certificat complémentaires de spécialisation (CCS) :

Administrer les serveurs Linux :
Installer, paramétrer un service sous Linux.
S'appuyer sur les communautés d'utilisateurs.
Mettre une application en production.
Développer des scripts d'automatisation.
Superviser les serveurs Linux.



Les compétences des candidats (VAE ou issus de la formation) sont évaluées par un jury au vu :



a)  D’une mise en situation professionnelle ou d’une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, éventuellement complétée par d’autres modalités d’évaluation : entretien technique, questionnaire professionnel, questionnement à partir de production(s).



b)  D’un dossier faisant état des pratiques professionnelles du candidat.



c)  Des résultats des évaluations passées en cours de formation pour les candidats issus d’un parcours de formation.


Validité des composantes acquises :  illimitée

Conditions d'inscription à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d'élève ou d'étudiant X
En contrat d'apprentissage X

Le jury du titre est habilité par le représentant territorial compétent du ministère chargé de l'emploi. Il est composé de professionnels du métier concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education

Après un parcours de formation continue X

Le jury du titre est habilité par le représentant territorial compétent du ministère chargé de l'emploi. Il est composé de professionnels du métier concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education

En contrat de professionnalisation X

Le jury du titre est habilité par le représentant territorial compétent du ministère chargé de l'emploi. Il est composé de professionnels du métier concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education

Par candidature individuelle X
Par expérience dispositif VAE prévu en 2002 X

Le jury du titre est habilité par le représentant territorial compétent du ministère chargé de l'emploi. Il est composé de professionnels du métier concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education

Oui Non
Accessible en Nouvelle Calédonie X
Accessible en Polynésie Française X
Liens avec d'autres certifications Accords européens ou internationaux

Base légale

Référence du décret général : 

Code de l'éducation, notamment les articles L. 335-5, L. 335-6 et R. 335-13, R. 338-1 et R. 338-2 et suivants.

Référence arrêté création (ou date 1er arrêté enregistrement) : 

Arrêté du 06/04/2018 paru au JO du 18/04/2018

Référence du décret et/ou arrêté VAE : 

Décret n°2016-954 du 11 juillet 2016 relatif au titre professionnel délivré par le ministre chargé de l’emploi

Arrêté du 22 décembre 2015 modifié relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi

Arrêté du 21 juillet 2016 portant règlement général des sessions d’examen pour l’obtention du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi

Arrêté du 21 juillet 2016 relatif aux modalités d'agrément des organismes visés à l'article R. 338-8 du code de l'éducation

Références autres : 

Equivalences définies par arrêté avec les certifications suivantes :

Pour plus d'informations

Statistiques : 

Autres sources d'information : 

www.travail-emploi.gouv.fr

Lieu(x) de certification : 

Lieu(x) de préparation à la certification déclarés par l'organisme certificateur : 

Historique de la certification : 

Intitulé nouveau / Arrêté du 06/04/2018 paru au JO du 18/04/2018